Comment devenir ambulancier ?

À la fois auxiliaire médical et transporteur spécialisé, l’ambulancier est souvent le premier présent sur les lieux d’un accident ou autre. Il doit donc être à la fois capable d’administrer les premiers soins, ainsi que le réconfort nécessaire au sauvetage du blessé.
Des responsabilités qui ne peuvent s’acquérir qu’après une formation professionnelle bien spécifique.

L’ambulancier peut exercer dans le secteur privé ou être soumis au régime de la fonction publique hospitalière.

Les missions de l’ambulancier

Pour être plus précis, on peut limiter le rôle de l’ambulancier à deux secteurs de compétence :

  • le transport (permis adapté, entretien du véhicule et de ses équipements)
  • les secours (premiers soins, utilisation du matériel médical)

Métier réputé difficile, il demande rigueur et sang-froid, au vu des situations auxquelles il amène à se confronter. Ensuite, il faut également savoir faire preuve de psychologie face à des personnes blessées ou en situation de choc, pour pouvoir instaurer avec ces dernières un climat de confiance.

Formation et études pour devenir ambulancier

Mais être ambulancier, en plus de qualités humaines, demande également des compétences spécifiques qu’il convient d’acquérir lors d’un stage préalable de 140 heures. En effet, contrairement à d’autres métiers du secteur médical, celui d’ambulancier ne demande aucune formation précise, mais seulement l’obtention d’un concours : le diplôme d’État d’ambulancier (DEA).

Ce concours est constitué de deux épreuves :

  • une épreuve d’admissibilité (le stage de 140 heures dans une société d’ambulance et une épreuve écrite)
  • une épreuve d’admission (un entretien avec le jury)

À savoir, l’épreuve écrite est dispensée pour les titulaires du bac ou d’un diplôme du secteur sanitaire ou social de type CAP.

Les conditions d’accès au concours

Pour avoir le droit d’être candidat pour le diplôme d’État d’ambulancier, une personne doit :

  • posséder un permis de conduire depuis plus de 3 ans
  • attester d’une aptitude à la conduite d’une ambulance
  • être en possession d’une attestation de formation aux gestes et soins d’urgences (AFGSU)
  • être âgé au minimum de 18 ans au début de la formation

Salaire et perspectives de carrière

En début de carrière, un ambulancier peut prétendre à un salaire avoisinant le SMIC. Par la suite, ce salaire peut atteindre et dépasser les 2000 euros. Un ambulancier à son compte peut s’octroyer un meilleur salaire, mais il doit financer lui-même son véhicule.

En ce qui concerne son évolution de carrière, l’ambulancier peut devenir régulateur. Ce poste consiste à recevoir des appels d’urgence, coordonner les équipes de secours pour faciliter les interventions.

Pour ce qui est de la fonction publique, l’ambulancier peut obtenir de nouveaux concours afin de passer à un échelon supérieur (conducteur ambulancier de 2e catégorie, 1re catégorie et hors catégorie) ou s’orienter vers un poste dans le médical comme aide-soignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *